MUNTU VALDO AU NEW MORNING EN PREMIERE PARTIE DE BLICK BASSY


Ce 14 octobre, au New Morning à Paris, Blick Bassy nous attendait pour un concert. Le succès croissant de cet artiste fait que désormais, quand on le rate lors d’un passage, il est possible de ne pas le voir pour longtemps.

Le chanteur nous a fait le cadeau d’inviter en première partie son complice et ami Muntu Valdo.

Si ce dernier a encore une audience confidentielle dans certains milieux, il est indéniablement créatif et talentueux. Depuis des années sa guitare, sa voix et ses créations conquièrent un public toujours plus nombreux. Quand on l’écoute pour la première fois, on se demande comment il est possible que l’on ne le découvre qu’à ce moment-là. Je l’ai découvert il y a quelques années dans de belles mélodies. Ce qui m’avait marquée c’était la profondeur de ses textes et la richesse de ses explorations musicales. Fort heureusement les ordinateurs permettent de synthétiser les sons qui l’habitent et il les intègre dans sa musique. C’est un explorateur de sons originaire du peuple Sawa de la côte littorale du Cameroun. Ses musiques laissent parfois affleurer les mélopées propres à cette région et les paroles de ses chansons se placent dans la filiation de celles d’Eboa Lottin comme il raconte les rivalités et amertumes qui défont le tissu social ou familial derrière les apparences. Sawa blues…

Sur scène ce vendredi soir, Muntu Valdo n’a pas besoin de terminer sa première chanson pour captiver et capturer le public. Son talent et sa musique fraient le chemin avant qu’il ne prononce les premiers mots de salutation. Ceux qui espèrent en la venue de Blick Bassy quittent provisoirement l’attente pour se laisser happer dans le bel univers du chanteur. Il a peu de temps à passer avec nous et en une trentaine de minutes et quatre ou cinq chansons, nous ne voulons déjà plus le laisser s’en aller,  d’autant que le disque n’est pas encore sorti en France pour pouvoir prolonger la grâce de l’instant.

Je me souviens d’un beau moment « ba si bo to son’a ndedi, ba nongi oa ba numa oa djongo mongo, oa nu boli babo mese » (Ils n’ont pas éprouvé le moindre soupçon de pitié à ton égard. Ils t’ont poignardé dans le dos, toi qui leur a tout donné). Moment acapella pour ce chant « djongo ». Chanson qui touche en profondeur par ses paroles et par la façon dont le chanteur l’interprète « au cœur de la nuit, ils sont venus, ont tué des hommes et des enfants, ils ont battu des femmes… »  De qui parle-t-il ? Dans un cri il répond « Douala ». Mais la chanson est assez ample pour que l’on y fasse entrer l’Afrique et ses douleurs. Ce moment m’a touchée. Infiniment. Il fallait qu’il soit acapella. La façon de poser sa voix, les chœurs, tout participe à donner la chair de poule.

Il me revient un moment complice avec le public, notamment envers les femmes comme il chantait les « filles faciles ». « Quoi ?!? » ont dû penser les filles toutes en chœur en se préparant à quitter le navire de ses admiratrices. Muntu serait-il un macho ? Mais non il parlait des personnes faciles à vivre, et rendait hommage aux « stars » de son adolescence et  à celles qui ont croisé sa route et ont su accueillir l’homme avant que l’artiste se révèle « celles qui m’ont trouvé consommable avant que je ne sois dans les hit-parades ».

Derrière l’humour et le rythme de sa chanson il laisse affleurer le doute qui doit habiter les artistes quant à celui dont on tombe amoureux (se). Les gens s’éprennent-ils d’eux en tant que personnes ou du personnage public qui joue et se masque ? Les chansons de Muntu Valdo sont décidément pour moi des chansons à tiroir.

Muntu a chanté les douleurs d’un amour que l’on n’arrive pas à oublier. Timba na mba, dimbea mawuse mam.( Mon amour reviens-moi, aide moi, oublie toutes mes fautes). Pour cette chanson qui clôture le tour de chant il invite le public à se faire choriste de ses onomatopées. Le chanteur s’en amuse de toute évidence. Il a du métier, c’est manifeste. A un certain moment, nous public, ne pouvant nous saisir des notes trop hautes, avons davantage couiné que chanté mais quel délicieux final. L’homme est heureux, nous aussi.

Grâce à la beauté de cette première partie, nous sommes prêts pour Blick. Muntu a augmenté notre envie de belle musique, de belle voix, de sens, de moments complices, de ces petits rien qu’offrent les artistes qui ont quelque choses dire et envie de le partager et qui font la différence.

Blick Bassy ne décevra pas.

En attendant, nous comptons les jours qui nous séparent de la parution de l’album de Muntu Valdo en France. Il est annoncé pour novembre.

J’ai rencontré l’homme après son tour de chant. Il est simple, charmant et intéressant.

Merci à lui pour ces moments de musique enchanteurs.

 

Chantal EPEE

Publicités
Cet article, publié dans Cameroun, Concerts Spectacles, Musique Afrique, Musiques, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour MUNTU VALDO AU NEW MORNING EN PREMIERE PARTIE DE BLICK BASSY

  1. kiricooh dit :

    Moi aussi j’étais là vendredi dernier au New morning et ai passé un moment exceptionnel !
    Merci pour cet article, j’étais sorti du concert de Blick bassi avec la terrible frustration de ne pas avoir noté le nom de l’artiste présent en première partie. Aujourd’hui grâce à toi je retrouve l’artiste et ai droit en bonus à des vidéos du concert !

    Pour tout ceux qui comme moi aiment la musique mais vont rarement à des concerts (hé oui ça existe) …Il y a toute une atmosphère, une vibration, une alchimie qu’on ne ressent qu’en présence des artistes et que parmi un public…
    Il n’ y avait pas foule au New morning et pourtant ça valait grandement le détour….

    Merci encore à toi, bonne chance à Muntu Valdo et à Blick Bassi.

    Benoît

    • Merci Benoit !
      Heureuse que tu aies pu retrouver le nom de Muntu Valdo et aie apprécié la totalité du concert. Heureuse aussi que mes impressions subjectives croisent les tiennes. Merci d’avoir pris le temps de commenter.
      A bientôt peut-être à un concert

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s