Le Café littéraire d’Afrique en Livres explore les âmes chagrines de Léonora Miano en présence de l’auteur

Ce vendredi 9 décembre, pas loin de Charleroi, s’est tenu le premier Café Littéraire organisé par l’ABSL Afrique en Livres. L’invitée d’honneur était Léonora Miano et la rencontre se faisait essentiellement autour de son dernier livre paru « Ces âmes chagrines »

La rencontre a été un succès en ce qu’elle a permis un échange avec l’auteur. Elle a permis à des personnes de découvrir une romancière que certains ne connaissaient pas.

Le public présent est visiblement intéressé par le livre, par l’auteur ou simplement curieux de le rencontrer.

Des échanges se sont fait autour de la question du silence, du secret, de ces non dits qui habitent les soubassements de nombreuses familles et qui construisent des individus morcelés, friables comme Snow le héros calculateur, froid et pourtant fêlé du roman.

Les personnages sont les prétextes à un échange autour de la question du silence, de la nécessité de laisser jaillir le « je » qui étouffe dans un « nous » qui ne veut pas de douleurs singulières. En livrant des parts d’elle la romancière nous invite dans le contexte de rédaction du roman, dans des questionspersonnelles qui l’on poussée à mettre en scène des personnages pour trouver dans leurs existences d’éventuelles réponses.

C’est un roman sur l’intime qui touche à l’universel. Des échanges nombreux se sont fait avec le public montrant s’il était besoin que l’appropriation que l’on se fait de s personnages et d’une histoire sont fonction de celui qui lit, de sa sensibilité, de son histoire.

Nous avons été touchés à Afrodiaspor’Arts par la  disponibilité et la générosité de Léonora Miano, par la qualité de l’auditoire et la lecture active que les lecteurs ont faite du livre.

Léonora Miano pose le contexte dans lequel son roman naît

Nous avons été sensible à la variété du public qui donnait de réaliser que la littérature d’auteurs d’origine subsaharienne n’a pas vocation à être ghettoïsée. Quand on lui donne un espace d’expression elle attire des personnes d’origines diverses, des amoureux des lettres, des personnes curieuses de l’Afrique etc.

La présidente d’Afrodiaspor’Arts était la modératrice de la soirée autour de « ces âmes chagrines »

Publicités
Cet article, publié dans Afrique, Littératures, Roman, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s