Myrlie Evers-Williams activiste.

Myrlie Evers-Williams, née en Mars 1933 est une militante des droits civiques et une journaliste qui a travaillé sans relâche pour obtenir justice concernant l’assassinat de Medgar EVERS, son époux et célèbre activiste des droits civils en 1963.

En outre, Myrlie Evers-Williams s’est présentée à l’élection pour la Chambre des représentants de Californie. Elle a participé activement à et est devenu présidente de la NAACP. Elle a publié plusieurs livres sur des sujets liés aux droits civils et sur l’héritage de son mari.

En 1950, Myrlie s’inscrit à Alcorn A & M College, l’une des seules universités de l’État qui a accepte étudiants afro-américains.
Lors de sa première journée sur le campus Myrlie rencontre et tombe amoureuse de Medgar Evers, un vétéran de la Deuxième Guerre mondiale de plusieurs années son aîné. Le couple se marie la veille de Noël 1951.
Ils ont trois enfants, Darrell Kenyatta, Reena Denise, et James Van Dyke. Myrlie a travaillé comme secrétaire à la mutuelle d’assurance-vie Magnolia Société.

La vie avec Medgar

Lorsque Medgar est devenu le secrétaire champ Mississippi pour l’Association nationale pour la promotion des gens de couleur (NAACP) en 1954, Myrlie travaille à ses côtés. Myrlie devint sa secrétaire et, ensemble, ils ont organisent des campagnes d’inscription des électeurs dans le but de lutter pour le vote des afro américains. Elle l’aide dans son combat pour mettre fin à la pratique de la ségrégation raciale dans les écoles et autres établissements publics. Sans relâche ils font campagne pour les droits de vote dont de nombreux Afro-Américains sont été privés dans le Sud.
Durant plus d’une décennie les Evers combattent pour les droits de vote, l’égalité d’accès à des lieux publics, la déségrégation de l’Université du Mississippi, et pour l’égalité des droits en général dans l’Etat du Mississippi. Le combat que mènent les Evers les médiatise grandement et ils apparaissent comme des éminents leaders des droits civiques dans le Mississippi. Cela fait d’eux des cibles pour les terroristes pro-ségrégationnistes.
En 1962, leur maison de Jackson est incendiée en réaction à un boycott organisé contre des marchands blancs du centre-ville de Jackson. La famille est menacée, et Evers est ciblé par le Ku Klux Klan.

Medgar Evers Assassiné

La violence a atteint son paroxysme l’année suivante, quand Medgar est abattu par un sniper en face de son domicile dans la soirée du 12 Juin, 1963. Evers Myrlie était à la maison avec les trois enfants lorsque des coups de feu ont résonné. Les enfants, formés par leurs parents avaient au sol. Se précipitant dehors, Myrlie retrouve son époux saignant et criblé de balles dans le dos.
Medgar Evers a été abattu devant son domicile par un suprémaciste blanc nommé Byron De La Beckwith.

La vie après la Medgar

Du jour de l’assassinat son mari, la vie Myrlie a profondément changé. Après l’assassinat ignoble de son mari, Myrlie lutte avec acharnement pour voir le tueur Medgar traduit en justice. Il aura fallu environ 30 ans pour que justice soit faite. Myrlie qui e avait fait la cause de sa vie a tout mis en oeuvre en dépit des résistances du système, Byron De La Beckwith paye enfin pour son crime. Justice fut enfin rendue le 4 Février 1994.
Outre sa quête pour la justice, Myrlie reconstruit sa vie après la mort de son mari. Après second procès De La Beckwith, en 1967, elle a déménagé avec ses enfants à Claremont, en Californie, et y a émergé comme un militant des droits civiques dans son propre droit. Elle a obtenu l’équivalent d’une licence en sociologie à Pomona College. Elle a parlé au nom de la NAACP, co-écrit un livre « Le Vivant » qui chronique la vie de son défunt mari. Elle s’est présentée sans succès au Congrès américain en 1970.
De 1968 à 1970 Myrlie est la directrice de la planification au centre de chances en éducation à Claremont College.
De 1973-1975 Myrlie est la vice-présidente pour la publicité et la publicité à la firme de New York de la publicité basée sur, Seligman et Lapz. En 1975, elle déménage à Los Angeles pour devenir la directrice nationale des affaires communautaires pour la Société Atlantic Richfield (ARCO). Avec ARCO elle était responsable de développer et de gérer tous les programmes de l’entreprise. Cela comprend le financement la supervision des projets communautaires, des programmes de sensibilisation, des programmes de partenariat public et privé et de développement personnel.
Elle a aidé de nombreuses organisations telles que le Fonds pour l’éducation nationale de la Femme, et a travaillé avec un groupe qui fournit des repas aux pauvres et aux sans-abri. En 1976, elle épouse Walter Williams, activiste et des droits civils et militant syndicale qui avait étudié la vie d’Evers et son travail.

NAACP Honors

Myrlie continué à explorer les façons de servir sa communauté et de travailler avec la NAACP. Maire de Los Angeles Tom Bradley l’a nommée au conseil d’administration des Travaux publics en tant que commissaire en 1987.Myrlie Evers-Williams a été la première femme noire à servir en tant que commissaire au conseil d’administration, un poste qu’elle a occupé pendant 8 ans.
Evers-Williams a également rejoint le conseil d’administration de la NAACP.
Au milieu des années 1990, la prestigieuse organisation allait traverser une période difficile, marquée par les scandales et les problèmes économiques. Evers-Williams a décidé que la meilleure façon d’aider l’organisation était de briguer le poste de président du conseil d’administration. Elle le remporté la position en 1995, juste après la mort suite à un cancer de la prostate son deuxième mari. En tant que présidente de la NAACP, Evers-Williams a travaillé pour restaurer l’image ternie de l’organisation. Elle a également contribué à améliorer sa situation financière, la collecte de fonds suffisants pour éliminer sa dette. Evers-Williams a reçu de nombreuses distinctions pour son travail, a notamment été nommée Femme de l’Année par le magazine Madame. Avec l’organisation financièrement stable, elle a décidé de ne pas briguer un nouveau mandat en tant que présidente en 1998.

Ses réalisations

Après avoir quitté son poste de présidente de la NAACP, Evers-Williams a créé le Medgar Evers Institut à Jackson, Mississippi. Elle a également écrit son autobiographie, intitulée Watch Me Fly: Ce que j’ai appris sur le chemin pour devenir la femme que je devait être (1999), et de nombreux lecteurs ont été émus par son histoire puissante.

Myrlie Evers-Williams a continué à préserver la mémoire de son premier mari avec un de ses derniers projets. Elle a servi en tant que rédacteur sur l’autobiographie de Medgar Evers: Une vie de héros et de l’héritage révélé à travers ses écrits, lettres et discours (2005)

Publicités
Cet article, publié dans Droits civiques, Femmes de Valeur, Histoire, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Myrlie Evers-Williams activiste.

  1. Mr Thiam dit :

    Je suis Black et je vis en Espagne , l’autre jour avec l’investiture de Barack Obama , j’ai vu
    cette grande Dame : Evers-Williams . J’aimerai beaucoup avoir son contact pour lui commenter quelque chose qui me tient a coeur . C’est au sujet des Noirs d’Afrique . Merci .

    • Bonjour Mr Thiam, merci de nous lire.
      Nous n’avons pas la réponse et n’avons pas le temps de chercher. Nous en sommes désolés.
      Vous pourriez vous rapprocher du National Association for the Advancement of Colored People (NAACP) dans lequel elle a longuement oeuvré. Un moteur de recherche devrait vous donner accès à leur site.
      Comme vous, elle force notre respect.
      Bien à vous et merci d’être là.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s